On ne le dira jamais assez : il est inutile de compter les calories ou de peser les aliments pour apporter les justes quantités à son organisme. Notre corps est une machine très bien faite, il suffit de l’écouter ! Ainsi, est possible d'éviter les excès sans renoncer au plaisir ! Comment ? En arrêtant de confondre besoin de manger et envie de manger et en sachant quand s’arrêter.

Vous me direz « plus facile à dire qu’à faire ! ». En effet, si les principes à respecter sont simples, leur application au quotidien nécessitera un peu de temps et de patience. Mais il s’agit en fait de réapprendre à écouter les signaux que nous envoie notre corps, parce qu’il ne nous veut que du bien. Ainsi en en prenant conscience et en y faisant attention, cela deviendra naturel et vous permettra d’atteindre beaucoup plus rapidement votre objectif de poids, sans frustration et surtout de façon durable.

Comment être plus à l’écoute de ces signaux ?

1-Ressentir et écouter son corps

Pratiquer la modération passe par une étape clé : reprendre contact avec ses sensations corporelles, ce qui signifie, être capable de faire la différence entre deux sortes de faim : la faim physiologique et la faim psychologique. La première est un besoin d’énergie pour le corps (qui nous dit quand il est temps de manger); la seconde, une envie de manger qui agit comme un mécanisme de défense contre des émotions incontrôlables, négatives ou positives. La confusion entre les deux est fréquente. Il est donc important de travailler son comportement alimentaire pour distinguer ces deux mécanismes et manger sans excès ni frustration.

La satiété elle, permet de savoir quand s’arrêter.

* Comment reconnaître ces signaux ?


Si vous avez vraiment faim, mangez. Cela ne sert à rien d’essayer de tenir 2h si vous vous jetez sur le repas suivant, vous risquerez alors de manger vite et en trop grande quantité.

Sinon, demandez-vous si c’est de la faim ou de l’envie de manger et ce qui motive votre envie à ce moment précis : 

     -Est-ce que j’ai soif ?

     -Est-ce que je m’ennuie, je suis triste ou stressée ? Ai-je besoin de réconfort ?

     -Est-ce que ce sont les odeurs qui me donnent envie de manger ?...


Laissez venir vos réponses et à chaque « tentation », essayez de noter sur un carnet les émotions qui y sont associées. Peut-être finirez-vous par remarquer que ce sont souvent les mêmes qui reviennent, et que ces envies de manger correspondent en fait à la recherche d’un moyen pour calmer une tension, et non à un réel besoin.

Ensuite, buvez un verre d’eau ou une boisson chaude, allez vous balader, faites un peu de sport, passez un coup de fil…. Il s’agira de mettre votre envie à l’épreuve… et de vous rendre compte qu’il ce sera peut être passé 2h sans que vous mangiez et sans que vous ayiez faim. Ainsi, vous prendrez progressivement le contrôle sur ces envies de manger (qui ne sont pas interdites je vous rassure) et vous saurez rester dans les limites du raisonnable.

Autre cas : la faim peut aussi revenir rapidement après un repas si ce dernier a été trop rapide, trop léger ou peu rassasiant. Si la faim revient trop vite, elle risque d’entraîner des grignotages. Alors autant manger à sa faim (ni trop peu ni trop) sur les repas et éviter les grignotages entre les repas.

Pour cela, on apprend aussi à s’arrêter quand on a plus faim !

Si au cours du repas, vous hésitez à finir votre assiette, posez-vous la question : « est-ce que je sens que mon corps en a encore besoin? ». Si la réponse est « non », alors mieux vaut éviter d’en rajouter !

En effet, il est primordial de ressentir son seuil de satiété, ce point d’équilibre entre nos apports et nos besoins. Lorsque l’on mange plus que nécessaire, le sentiment de satiété devient plutôt un sentiment  physique de trop plein avec une légère douleur au niveau du ventre. C’est en fait notre corps qui nous dit qu’il n’est pas content parce que l’on ne l’a pas écouté !! Pourtant ce n’est pas faute de l’avoir dit !

Effectivement, la plupart du temps nous entendons bien cette petite voix qui nous dit « stop tu as assez mangé » mais nous n’avons pas forcément envie de l’écouter !... alors que c’est ce signal qui nous dit que nous avons apporté suffisamment… et qui nous prévient que si l’on continue, notre corps n’utilisera pas le surplus (et le stockera donc !).

2-Ressentez une petite faim en passant à table

Il est important de passer à table en ayant une petite faim, cela signifie que c’est le bonmoment pour nourrir votre corps, et que le repas précédent n’a pas été trop copieux.

Si vous n’avez pas faim, vous pouvez décaler un peu l’heure du repas ou manger un peu plus léger. Le lendemain, vous ajusterez les quantités et la composition de vos repas pour avoir une vraie faim à l’heure de vos repas. Ainsi vous ferez vos propres expériences au fil des jours et vous retrouverez le plaisir d’avoir faim.

3-Prenez le temps de manger et de savourer les aliments

-Posez-vous à table, dans le calme, sans écran et évitez le stress.

-Réduisez vos portions de départ et vous interroger en cours de route sur vos besoins.
-Prenez de petites bouchées et mastiquez bien, en étant attentif aux saveurs, aux textures, aux températures, ...  Attendre d’avoir avalé votre bouchée avant d’en reprendre une autre.

-20 à 30 minutes sont nécessaires pour pouvoir ressentir la sensation de satiété mangé. Accordez vous donc ce temps avant d’analyser si vous êtes rassasiés ou si vous avez encore faim. Gardez en tête « Manger vite = manger sans fin ».


4- Ne vous forcez pas à finir votre assiette !

Si vous sentez que vous avez assez mangé, ne vous forcez pas à terminer votre assiette ou à rajouter un dessert… Certains restes pourront être réutilisés et le dessert pourra être pris plus tard.

5-Manger de tout, avec bon sens !

Il n’y a aucun aliment brut mauvais en soi, mais il n’y aucun aliment 0 calories non plus. Alors on mange de tout, en favorisant les produits bruts et en cuisinant au maximum, mais de tout en quantité adaptées à ses besoins.

Manger pour faire plaisir, se resservir pour ne pas vexer, engloutir son assiette sans lever le nez pour se protéger d’un climat agressif… Le groupe fait facilement émerger des comportements dysfonctionnels. C’est pourquoi il est primordial de rester branché sur ses besoins réels. Ne tenez pas compte des injonctions des uns et des autres, gardez votre cap. Evaluez votre satiété, arrêtez ou continuez même si vos compagnons font l’inverse. Quoi qu’il arrive, restez toujours centré sur vos sensations corporelles.

Autres articles:

Quelques bonnes habitudes à prendre avant les fêtes !